Se rassembler et se mobiliser

Suite aux événements de la semaine passée, nos premières pensées vont aux victimes des attentats de Charlie Hebdo, à celles de l’épicerie cascher, ainsi qu’à tous leurs proches. Elles vont ensuite aux journalistes et aux artistes qui chaque jour, par leur travail, exercent et défendent un droit inaliénable : la liberté d’expression. Mais à travers ces actes terroristes, c’est notre modèle de société tout entier qui est pointé du doigt. Ce modèle est aujourd’hui menacé ; il nous incombe, à chacun, de le défendre.

Il est temps de prendre conscience des enjeux de notre époque, de devenir les acteurs d’une société que nous souhaitons humaniste, pacifique et solidaire.

L’amour

Ces temps douloureux que nous traversons nous amènent à nous interroger sur nos valeurs, nos convictions et surtout sur les efforts que nous devons réaliser pour les préserver et les transmettre aux générations futures. Je voudrais tout d’abord partager avec vous ce message de François Morel lors de son intervention du 9 janvier sur France Inter :

« Aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches […]. Je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers ». Il y a effectivement urgence à aimer : aimer l’autre, aimer la différence, aimer viscéralement … L’amour n’est-il pas le terreau de la tolérance ?

La tolérance

Ne nous y trompons pas, à travers Charlie Hebdo, c’est d’abord la liberté d’expression qui est visée. Une liberté initialement évoquée dans la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen en 1789 et définitivement consacrée par l’O.N.U. dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme en 1948. Nous sommes en 2015, force est de constater que ce que nous prenions pour acquis ne l’est pas. Il est désormais de notre responsabilité de préserver cette liberté et de la défendre sans réserve contre toute forme de fanatisme et d’intégrisme.

« Craignons toujours les excès où conduit le fanatisme. Qu’on laisse ce monstre en liberté, qu’on cesse de couper ses griffes et de briser ses dents, que la raison si souvent persécutée se taise, on verra les mêmes horreurs qu’aux siècles passés ; le germe subsiste : si vous ne l’étouffez pas, il couvrira la terre. » (Voltaire – extrait d’Avis au public – 1767).

Les journalistes et caricaturistes de Charlie hebdo étaient souvent considérés comme les dignitaires de la pensée voltairienne. Une pensée en partie construite sur la notion de tolérance. Voltaire est en effet intimement convaincu que seule la tolérance peut contrer le fanatisme, à tel point qu’il décide de publier en 1763 un Traité sur la tolérance. En voici un extrait :

« Cette horrible discorde, qui dure depuis tant de siècles, est une leçon bien frappante que nous devons mutuellement nous pardonner nos erreurs ; la discorde est le grand mal du genre humain, et la tolérance en est le seul remède ».

L’éducation

L’éducation et l’accès à la culture s’imposent elles aussi comme d’absolues nécessités. Plus que jamais, nous devons nous mobiliser pour éduquer, instruire, enseigner :

  • éduquer à la liberté pour savoir l’apprécier mais également pour apprendre à respecter celle des autres,
  • éduquer pour apprendre à vivre en communauté,
  • éduquer pour transmettre dès le plus jeune âge ce que l’Humanité a de meilleur,
  • éduquer et instruire pour forger la morale et rendre capable de discernement,
  • éduquer pour favoriser l’assimilation des valeurs républicaines,
  • éduquer pour apprendre à chacun à réfléchir par soi-même,
  • éduquer pour prendre conscience de notre responsabilité dans l’évolution de l’Humain et de la société,
 
L'éducation, arme d'instruction massive

L’éducation, arme d’instruction massive – Nick Anderson – The Houston chronicle

 

L’amour, la tolérance et l’éducation seront nos meilleures armes pour construire le monde que nous allons livrer aux générations futures. L’immobilisme et l’indifférence seront nos pires ennemis.